L’inférieur doit être au service du supérieur

Sujet délicat, car ces notions sont à l’opposé de l’égalitarisme sociétal et de l’uniformisation; nous empêchant de discriminer et différencier l’inférieur du supérieur, le mal du bien, l’involutif de l’évolutif….

Chaque être a des aspects inférieurs et supérieurs, aux niveaux émotionnel, physique, intellectuel… Notre libre arbitre impliquant un choix fondamental entre ces 2 aspects.

Examples: Emotions inférieures: colére, frustration                                                                                          Emotions supérieures: amour compassion

Intellectuel inférieur: calcul, analyse                                                                                                 Intellectuel supérieur: intuition, créativité

Il y a donc différents degrés au sein d’une même nature: certains sont plutôt limitatif, disharmonieux, enfermés dans la causalité; ils peuvent être perçus comme inférieurs. D’autres sont évolutifs, expansifs, acausaux, harmonieux; ils sont considérés comme supérieurs.

Les rêgnes sont également hiérarchisés: rêgnes minéral, végétal, animal, humain. L’être humain fait partie du rêgne le plus élevé dans le visible (non pas forcément le plus intelligent! Mais ayant accès au plan mental, donc à un niveau de développement plus avancé). Il a pu avancer grâce aux rêgnes antérieurs (c’est à dire inférieurs) lui servant de base (à la fois biologique et consciencielle) sur lesquels bâtir son propre rêgne.

Le rêgne antérieur est donc la base sur laquelle s’érige le rêgne suivant. Il le sert et permet l’évolution à la fois du rêgne supérieur car il peut alors vivre et acquérir une conscience plus avancé; mais aussi permet sa propre évolution car il est au service d’une cause supérieure. L’évolution de la conscience est alors globale et va donc aussi servir tous les autres plans de la conscience.

Pourquoi aborder les rêgnes de la nature sur un sujet concernant les aspects inférieurs et supérieurs de l’être? Il y a une analogie évidente: l’inférieur soit être au service du supérieur. Nos aspects inférieurs sont nécessaires à notre évolution si acceptés, intégrés et dépassés (= transcendés). Ils servent de fondation, de carburant à notre évolution.

La colére dépassée devient l’énergie alimentant la compassions, l’analyse intellectuelle sert à construire des projets impulsés par l’intuition créatrice, nos pulsion sexuelles nourrissent l’amour, nos pulsions de vie se mettent au service de notre projet de vie.

Plus largement, le rêgne humain se met alors au service des rêgnes qui lui sont supérieurs; c’est à dire le divin: rêgnes angéliques ou archangéliques.

Il y a donc une pleine corrélation entre le microcosme (ici l’être humain) et le macrocosme (les rêgnes de la nature). Nos choix intérieurs s’imbriquent alors au sein d’une réalité beaucoup plus vaste, les plans s’influençant les uns les autres.

Concrétement, humblement, nous pouvons reconnaître nos aspects limitatifs (apportant disharmonie et séparation) et les utiliser pour des aspects plus élévés en nous-même; afin de tendre vers une dimension plus large et élevée.

Plus largement: le mal peut être perçu comme inférieur au service du supérieur (du bien). Car il aide indirectement (ou du moins involontairement) à faire des choix, à renforcer le fort et à faire évoluer le bien. The darker the night, the brighter the light.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close